Get a site

La réconciliation

L’écrivain Umberto Eco est décédé. Cet auteur célèbre, entre autres,  pour « le nom de la rose», roman qui a le mérite d’étudier les courant sectaires du catholicisme au moyen-âge et popularisé par le cinéma,  était piémontais, c’est à dire l’un des nôtres. Pourtant, l’État français s’est employé à détruire la conscience de nos origine communes avec les habitants du Piémont.

Anselme PETETIN qui fut préfet de la Savoie en 1860 nous en livre un exemple éloquent dans son ouvrage, DE L’ANNEXION DE LA SAVOIE (26 août 1859),

https://books.google.fr/books?id=Vi5YAAAAcAAJ :

« La Savoie est française de langage, de mœurs, de propension. Elle touche la France de toutes parts; elle est partout séparée du Piémont par ces obstacles qui sont des décrets éternels du Créateur sur la destinée des peuples.
La différence de langage est un autre obstacle plus infranchissable encore. Cet idiome piémontais, qui n’est pas la douce langue d’Italie, qui n’a pas la franchise lucide du français, qui a l’air de faire de gauches et malheureux efforts pour se rapprocher de l’un et de l’autre, entretient une guerre incessante contre, l’intelligence, contre l’oreille, contre le goût du peuple asservi. C’est une cause d’antipathie dont rien ne peut exprimer la violence ironique. Et cette nécessité seule d’afficher les actes de l’autorité en deux idiomes, l’un pour les fonctionnaires piémontais, l’autre pour les sujets savoisiens, prouve l’incompatibilité des deux races. Un commandement ainsi signifié est à peine compris ! Comment pourrait-il être aimé? Et s’il est haï sur le papier, que sera-ce quand il est traduit dans les actes de la vie journalière par les brusqueries des agents étrangers !
Le Piémontais est un soldat brave, sobre, discipliné; nous venons de le voir tout à côté de nous dans de grandes épreuves. Mais ce soldat excellent est, dans la vie civile, rude, .brusque, peu sympathique. Il est sombre et à la fois violent, vulgaire et sans dignité dans le commandement : c’est un Espagnol en prose.
Quel cruel contraste avec la nature douce, fine, gaie sans turbulence, obéissante sans bassesse du Savoyard! Chaque contact est un coup, chaque coup est une blessure. Il y a quarante-trois ans que la Savoie saigne silencieusement sous cette lourde et douloureuse domination. »

Anselme PETETIN, qui avait eu la malencontreuse idée de naître à MORZINE et l’heureuse initiative de mourir à LYON, représente cette frange de savoisiens qui n’ont rien eu de plus pressé que de  se mettre au service de Badinguet, dictateur bientôt déchu, plutôt que de défendre leur pays.

Il faut dire que l’individu ne manque pas d’arguments ou mieux d’inepties au service de sa thèse et grâce à lui et autres apôtres semblables,  le «riant savoyard » a eu le privilège de  se faire démolir aux guerres de 1870 et de 1914.

Seulement, cette réalité imposée par la puissance annexante et qui a conduit au massacre tant des nôtres, l’habitant de la Savoie l’a vite oubliée   pour ne garder que l’image de «l’horrible piémontais« , synonyme de souffrances passées et peut être à venir. D’ailleurs, quelle pire insulte en Savoie que d’être traité de «piémontais » ? Dans les faits et historiquement, cet ostracisme littéraire n’existait pas. Nous avions l’habitude de travailler principalement en montagne avec nos frères piémontais et nous ne formions qu’une communauté, aussi, il est grand temps que nous nous retrouvions.

3 Replies to “La réconciliation”

  1. « Il y a 43 ans que la Savoie saigne silencieusement sous cette lourde et douloureuse domination  » …….43 ans (soit depuis 1815) date a laquelle la Savoie et revenue dans le royaume Sarde (dont le Roi était Duc de Savoye) en OMETTANT que le Piémont appartient à la Savoie depuis 1418.
    Au sein des Etats de Savoie devenus Etats Sardes en 17 lorsque le DUC DE SAVOIE A DECIDE DE DEVENIR : ROI DE SARDAIGNE ……….

  2. U.ECCO et surtout révélé par le « nom de la Rose » mais signe de nombreux ouvrages rappelons le . « Le pendule de Foucault » , « L’ile du jour d’avant »
    Je ne cite que ceux que j’ai personnellement lus et qui ont marqué ma mémoire .

Les commentaires sont fermés.