Get a site

Évolution et renaissance savoisienne

Évolution et renaissance savoisienne

 

 

 

Le parti 100% Savoie, au fil des rencontres qu’il organise, remarque comme la population de la Savoie a évolué. Les habitants de la Savoie ne sont plus  ceux que nous avons connus dans les années soixante, une population  à la fois résignée et dépassée.

La population savoisienne de l’époque ne s’était pas remise des conséquences désastreuses des guerres imposées par l’état qui les avait annexés. Nos propres parents nés pendant la deuxième guerre mondiale avaient subi après coup la honte d’un gouvernement de Vichy aux ordres des nazis et s’étaient vus imposer une guerre coloniale en Algérie dont ils ne voulaient pas.

Quand on doit supporter tant d’épreuves comment peut-on croire que l’on appartient à la France ? Et nos grands-parents attendaient la nouvelle guerre comme on attend l’orage les jours d’été brulants, en espérant la pluie et en craignant la foudre.

Quarante ans de combat récent pour l’émancipation de la Savoie ont changé la donne. Aujourd’hui, on croise une population de la Savoie déterminée, fière de ses origines et capable de s’assumer. A les croiser dans les lieux de rencontres savoisiennes, on sent réellement qu’un peuple existe.

Il a l’occasion de s’exprimer dans les bureaux de votes pour les législatives de 2017. Il sera là et ces manifestations de volonté seront les prémices de la grande renaissance savoisienne.

Le porte-parole de 100% SAVOIE

http://www.100pourcentsavoie.org/

3 Replies to “Évolution et renaissance savoisienne”

  1. Si la France, uniquement dans son propre intérêt, a énoncé l’expression « le peuple souverain de la Savoie » en novembre 1792, les Savoisiens-Savoyards se sentaient bel et bien appartenir à un seul peuple bien avant ; un peuple défini par le type de politique et de gouvernement de leurs princes, mais non uniformisé et formaté, ce que la république révolutionnaire française a voulu imposer à tous les peuples conquis, de l’Espagne à l’Italie, de la Prusse à l’Autriche-Hongrie, et même si ç’avait été possible à la Russie.
    Et ce « peuple de la Savoie » se manifestait en tant que tel particulièrement lorsque la France attaquait son pays : il se rassemblait, comme il l’a fait en 1793, pour tenter de sauvegarder sa liberté, même au prix de la vie. Le peuple nissart, alors savoisien, a toujours fait de même ; et ces deux peuples, bien différents mais aux vues semblables issues d’une même politique, défendaient leur liberté contre les pseudo-libertés que prétendait leur apporter la France révolutionnaire par la contrainte et la violence.
    Actuellement encore, les Savoyards, du sud au nord, ont conscience d’appartenir à un peuple, même si depuis 157 ans la France tente de les dissoudre dans la mentalité française. Et il semble bien que ce « peuple de la Savoie » se réveille, avec à ses côtés les autres habitants de la Savoie venus s’y installer et qui l’aiment ; et, oui, à eux tous, ils peuvent représenter une possibilité de taille pour la renaissance de ce véritable pays qu’est la Savoie.

  2. Etre francophone n’est pas être français. La Suisse et la Belgique francophones ne sont pas françaises !

    « Ensuite, parce que si l’on peut dresser un parallèle entre le concept de «colonisation de l’intérieur» avec l’histoire corse (voir ci-dessus), les modalités de transfert des territoires savoyard et niçois ont été beaucoup plus apaisées. Nice et la Savoie ont en effet été intégrées à la France après la signature d’un traité avec le royaume de Sardaigne et après la tenue de référendum dans les deux cas, même si le corps électoral était restreint du fait du suffrage universel masculin instauré en 1848 (135 000 électeurs pour la Savoie, 31 000 pour le comté de Nice). »

    Il suffit de relire le « Times » du 28 avril 1860 traduit dans les colonnes du « Journal de Genève » le 3 mai 1860 à propos de ce plébiscite ; le texte est clair : « La farce la plus abjecte qui ait jamais été jouée dans l’histoire des nations »

    De plus, quid des Zônes franches et neutres acceptées par Napoléon III et supprimées unilatéralement en 1919 puis en 1932 sans le consentement des populations concernées alors mêmes qu’elles avaient été demandées soit par le biais du plébiscite pour la première et le traité lui-même pour le second. Une zone neutre non respectée dès 1871 par Thiers et ses troupes.

    Il y a donc un peuple en France (sous réserve de preuve d’appartenance de la Savoie à la France) qui ne soit pas français et réfuter les preuves fournies par l’état français lui-même d’un plébiscite truqué en 1860 prouve l’immoralité des historiens d’aujourd’hui qui, ont le sait bien se rangent toujours du côté du gagnant.

  3. Attendre de son geôlier qu’il nous rende notre liberté….suite à une intervention divine….reste une vue de l’esprit!

    la france ne lache et ne rend que ce que reprend par la force son légitime propriétaire, la force étant à ce jour un formidable et immense front démocratique savoyad qui par son union et le nombre saura retourner la farce du plébiscite contre la france… en rejetant la france par les urnes.

    C’est par ces mêmes urnes que la france a su nous capturer avec son vote truqué.

    Il y a cela de jouissif dans cette action, c’est de retourner contre le bandit les mêmes armes dont-il a usées pour vous voler

    Selon les résultats de l’époque le vole… ah nons le vote, a été par un OUI à 99%…..pour la france, alors encore un minuscule effort et avec le 1%’qui nous manque ouvrons enfin la porte à 100% Savoie et tous les autres partis, collectifs, associations, femmes et hommes , qui ont magnifiquement œuvré souvent bien seul jusqu’alors pour que revive la Savoie!… et appliquons à nous même la maxime qui ordonne de rendre à César ce qui est à César, à savoir la Savoie aux Savoyards!

Les commentaires sont fermés.