Get a site

VEILLEE D’ARMES

 

La télévision russe s’acharne, parait-il, à prédire l’effondrement prochain de l’Union Européenne. On ne serait pas étonné que d’ici quelques jours M. Poutine, saisi par l’une de ses crises habituelles d’exhibitionnisme, ne se déguise en homme-orchestre pour aller clamer la nouvelle sur la Place Rouge.

Ne sont-ce là que des mots en l’air ? Des prophéties de Cassandre, plutôt : il y a fort à parier que ces messieurs du Kremlin en savent plus que les guignols de l’Élysée sur le destin de l’Europe. Leur imprévoyance ne fait plus rire les Savoisiens et nous met à la merci  des kommandanturs russes  dans les mairies.

La situation est en effet plus qu’inquiétante. De tous côtés, des nuages d’orage accourent à nous. Ce sont à l’Est les nostalgiques de l’URSS qui caressent des plans d’invasion, déclarant par euphémisme pouvoir atteindre Berlin en deux jours ; au Sud les fameux djihadistes, à l’humeur explosive ; et à l’Ouest nos encombrants « amis » d’Amérique, qui ne rechignent pas à mettre sur écoute à l’occasion les querelles de ménage des présidents européens. Seuls les ours polaires se tiennent tranquilles, mais combien de temps cela va t-il durer ?

Les  coupables, nous les connaissons,  ce sont les Etats prétendus « nationaux », qui compromettent le projet européen. Ils en ont fait un simple trust, une table de billard où étaler leurs ambitions commerciales. Un curieux qui se pencherait aujourd’hui sur l’état de l’Union observerait un tableau peu réjouissant. Celle-ci a le malheur de se révéler inefficace tant à l’échelle mondiale qu’à celle régionale. En plus de n’avoir aucune influence politique et militaire dans le monde, elle manque en Europe de l’autorité nécessaire pour conduire la Savoie, la Bretagne, l’Ecosse ou la Catalogne vers l’indépendance – qui soit dit en passant ne nuirait aucunement à son influence internationale.

De conséquence, nous n’avons que peu d’espoir d’obtenir une aide de l’extérieur. Il est grand temps au contraire de nous opposer avec plus d’énergie que jamais à l’occupation. Il est nécessaire d’agir, et tôt, si l’on veut que les droits millénaires des Etats de Savoie soient à nouveau reconnus. Que les Savoisiens de bonne volonté se lèvent ! Il y a encore bien du travail devant nous : fonder un parti unifié, faire connaitre notre combat et notre histoire. Les Parisiens feignent de l’ignorer, mais nous sommes acharnés à la tâche et saurons nous unir maintenant que la coupe est pleine.

Nous vivons une période de crise unique, qui peut aboutir à notre libération comme à la prolongation du servage pour de longues années encore.

Alors debout, Savoisiens ! Défendons nos monuments, mettons fin au pillage de notre pays ! Que fleurissent à nos fenêtres les drapeaux savoisiens, sur nos murs les croix de Savoie ! Les Français ne pourront pas s’opposer à la volonté de tout un peuple, qui n’aura même pas à prendre les armes tant la légitimité de ses réclamations est évidente. Seulement, il ne faut pas un instant que nous cessions de proclamer nos droits.

Savoisiens, remontez vos manches ! Nos sacrifices d’aujourd’hui seront nos victoires de demain !

3 Replies to “VEILLEE D’ARMES”

  1. Très juste et je ne peux que conseiller l’excellent livre de Guy Mettan: « Russie – Occident, une guerre de mille ans, la russophobie de Charlemagne à la crise ukrainienne » avec comme second titre  » Pourquoi nous aimons tant détester la Russie » édition Slatkine, Genève 2015.
    L’auteur redresse quelque peu les préjugés que l’occident a toujours eu contre la Russie soi-disante dévoreuse d’espace et nostalgique de la grande Russie opposée à l’UESA.
    Et si les Savoisiens profitaient de ce désamours UE – Russie en s’appuyant sur M. Poutine pour arriver à libérer la Savoie du joug français et donc du joug de l’UE? Poutine et la Russie serait trop heureux de trouver un allier au cœur de l’UE en démontant la France qui a toujours été plus proche de l’Empire ottoman musulman que de la Russie chrétienne orthodoxe. Rappelons que la Russie a su redonner l’indépendance à tous ses satellites sans aucun bain de sang, contrairement à l’empire français!

  2. A propos de la Russie, rappelons que lorsque le tsar Alexandre Premier est entré dans Paris à la tête de son armée, le 31 mars 1814, après la campagne napoléonienne de Russie et la défaite de la France en Germanie, c’était pour négocier la paix, non pour s’emparer de la capitale française ; attitude à l’opposé de celle de Napoléon, qui avait voulu conquérir toute la Russie et était entré en vainqueur dans Moscou pour en faire une ville de province française. Afin de se débarrasser des Français, les Moscovites sont allés jusqu’à être d’accord d’incendier leur ville, seul moyen d’en chasser l’envahisseur.
    Rappelons aussi que si la France s’en est si bien tirée après ses interminables et voraces conquêtes menées depuis 1791 jusqu’à sa défaite près de Leipzig en octobre 1813, et a pu conserver une partie du territoire de la Savoie (la capitale Chambéry + Annecy), le Comtat Venaissin (Avignon), et d’autres terres à l’est, c’est grâce à la générosité de ce tsar.
    Et que si la Suisse existe encore, c’est grâce à la diplomatie et à l’intelligence politique de ce même tsar.
    Or Vladimir Poutine semble posséder biens des qualités communes à ce grand tsar de Russie que fut Alexandre Premier.

  3. Si je comprend bien, il n’y a que la Russie soviétique et communiste qui s’entend bien avec la Françe. En effet l’hymne des bolcheviques était la Marseillaise et L’internationale un chant français. Qui se ressemble s’assemble.

    IL N’Y A QU’ALAIN ET CLAIRE QUI SUIVENT SUR CE SITE?

Les commentaires sont fermés.