4 Commentaires

  1. Et oui , comme on le voit, ce pauvre avocat va devoir faire une croix sur la cour d’appel à Chambéry!
    D’ailleurs comme le reste de la Savoie qui fait une croix sur les engagements pris par la France en 1860!
    Comme on le dit …..les promesses n’engagent que ceux qui les croient!
    A moins bien sûr que la Savoie se réveille enfin et se DÉCIDE à faire respecter les clauses et engagements pris par la France de 1860!….encore faut-il qu’ils aient assez de fierté pour exiger ce qui leur est dû en plus d’être reconnu et validé par un traité international, ne le faisant pas, la Savoie est dans l’illégalité, alors plutôt que des élans aussi inutiles que stériles et grandiloquents du genre « je suis Charlie » crions avec les avocats « je suis Chambéry »

  2. « Je suis la Savoie » !
    Si tous les habitants de la Savoie affichaient ce slogan aussi souvent que l’on a vu « Je suis Charlie », la Savoie avancerait à grand pas vers son émancipation, seule condition de sa survie dans cette France centralisée en train de crouler sous ses dettes et sous son régime fiscal.

    Si le « je suis Charlie » est apparu après la mort de 12 Français par des terroristes islamiques, on peut rappeler que le Régime français a occasionné plus de 20’000 morts Savoyards au mépris de leur neutralité et contraints de se battre en première ligne pour une guerre qui ne concernait pas la Savoie et ce, uniquement lors de la première guerre mondiale.

    Alors oui « je suis la Savoie » !

  3. « […]
    Relève-toi, ma Pologne héroïque !
    Car pour t’aider je m’avance à grands pas ;
    Secoue enfin ton sommeil léthargique,
    Et je le veux, et je le veux, tu ne périras pas !
    […] » – Chant des Allobroges
    La Pologne a officiellement retrouvé son indépendance le 11 novembre 1918, pendant que la Savoie périssait par la France, qui a tué tant de soldats savoyards dans une guerre à laquelle les Savoyards n’auraient jamais dû participer ; la France a aussi fait périr la neutralité de la Savoie, ainsi que son histoire, les manuels d’histoire de la Savoie ayant été brûlés dans les cours des écoles.
    En 1856, l’année du chant des Allobroges, la Savoie avait encore tous les pleins pouvoirs sur elle-même, et les avocats savoyards n’avaient pas besoin de rappeler la France à ses devoirs pour qu’elle respecte son traité d’annexion, dont l’une des conditions est le maintien de la cour d’appel de Chambéry.
    Je suis la Liberté ! la Liberté !
    Je suis la Savoie ! la Savoie !

  4. Sauf qu’en 1860 la FRANCE n’a pas fait que des promesses …….elle a contracté des engagements formels qui sont autant de clauses obligatoires et non modifiable sans l’accord de la Partie co-contractante qui est la Population de Savoie prise dans un contrat synallagmatique de droit International ……..elle serait bien avisée de ne pas l’oublier ……a peine de résolution du contrat .AU PEUPLE DE SAVOIE D’EXIGER SES DROITS ………et de ne pas supplier comme de serviles sujets .

Les commentaires sont fermés.