Get a site

LETTRE OUVERTE

100% SAVOIE En Savoie, le 19 mars 2016

166, chemin des Moulins

SE-74410 SAINT-JORIOZ

LETTRE OUVERTE A MM. LES CONSEILLERS DÉPARTEMENTAUX DES DÉPARTEMENTS DE LA

SAVOIE

Messieurs les Conseillers départementaux des départements de la Savoie,

Vous n’êtes pas sans savoir que la France est en train de réformer son territoire dans le but avoué de faire des économies en réduisant le mille-feuille franco-français,  après avoir dilapidé sans compter jusqu’à atteindre 2’000 milliards de dette et quasi 100% du PIB.

Vous n’êtes pas sans savoir non plus que le but non avoué de cette réforme est une recentralisation de la politique fiscale des régions, entraînant leur appauvrissement tout en cassant les velléités d’émancipation notamment de la Savoie en l’achevant,  après l’avoir noyée dans cette région déjà artificielle qu’était Rhône-Alpes.

Mais heureusement, vous êtes présents et vigilants, Messieurs les Conseillers départementaux, prêts à défendre notre pays, la Savoie.

Monsieur Gaymard, en novembre 2014 : « Nous devons tout faire pour ne pas laisser s’échapper de [la] Savoie tous les centres de décisions. »

Monsieur Monteil, en octobre 2014 : « S’opposer à la réforme territoriale du gouvernement n’est pas un combat idéologique, partisan ni passéiste. C’est au contraire affirmer notre attachement irréductible à nos territoires, à la proximité et à la démocratie locale. »

Selon le Courrier des maires et des élus locaux de juillet 2014 : « Les deux présidents des conseils généraux de Savoie et de Haute-Savoie veulent fusionner leurs collectivités dans une “collectivité territoriale Savoie Mont-Blanc” à statut spécifique. »

Mais alors, avec une telle volonté de nos élus, comment se fait-il que la Savoie ne soit pas même une région, pourtant réclamée depuis les années septante ? Oh, simplement une région française, on n’ose même pas rêver d’une région autonome comme cet ancien Etat de la Savoie qu’est le Val d’Aoste qui a eu la grande chance, lui, de ne pas tomber dans le centralisme jacobin républicain français ! Ou encore moins rêver à un canton possédant les trois pouvoirs comme cet autre ancien Etat de la Savoie qu’est le pays de Vaud qui, lui, a eu la chance de devenir suisse.

Mais alors, avec un tel engagement, comment se fait-il que les deux départements de la Savoie dont on nous a promis la fusion depuis 2010, voire depuis 1998 avec Michel Barnier, soient toujours deux, divisant la Savoie

Monsieur Gaymard, en mars 2010 : « Nous sommes au milieu du gué. Soit on continue dans le cadre de l’Assemblée des Pays de Savoie, en l’approfondissant un peu. Soit on change de braquet, et l’on est plus ambitieux. » Puis : « Une disposition permet le rapprochement de plusieurs départements. La procédure est beaucoup plus simple qu’avant. Ce n’est plus un parcours du combattant. »

Monsieur Monteil à l’Essor Savoyard, en 2010 : « Anticiper, c’est aussi faire ce qu’ont toujours fait les Pays de Savoie depuis 150 ans, après leur réunion à la France, puisant dans la vigueur de leurs traditions et leur énergie créatrice les raisons d’un dynamisme qui leur permet de souffrir moins que d’autres de la crise et de croire, plus que d’autres, en un avenir qu’ils ont décidé d’écrire eux-même».

2010 ? Commémoration des 150 ans de la soumission de la Savoie par la France après 860 ans indépendance !

2016 ? Disparition complète dans les caprices parisiens du peu de ce qui restait de la Savoie.

95% des maires pour la création d’une région Savoie en 1972 n’a donc pas été déterminant !

Ambition, simplicité de procédure et envie d’écrire l’avenir nous-mêmes n’ont donc servi à rien en 2010 !

Opposition à la réforme territoriale, statut spécifique et ne pas laisser échapper les centres de décision n’ont pas mieux été entendus en 2014 !

La Savoie est-elle définitivement à terre, terrassée par le système politico-économique centralisé parisien ? Oui à en croire le manque de résultats que vous avez pu obtenir malgré vos bonnes volontés, Messieurs les Conseillers départementaux. Est-ce parce que vous êtes encartés, englués, pour l’un dans l’un des grands partis parisiens pour lesquels la Savoie n’est qu’une petite région périphérique qui rapporte de l’argent ; et de divers-droite française pour l’autre ?

Pour faire avancer la Savoie, il ne faut  être ni de droite française ni de gauche française mais pour la Savoie, juste pour la Savoie.

Heureusement pour notre pays, la Savoie, ces personnes existent. Par exemple, Monsieur Allenbach pour la Franche-Comté ou Messieurs Mumbach et Turon pour l’Alsace, tous trois, en dehors de l’emprise parisienne néfaste pour leur pays, ont osé déposer plainte devant le Conseil de l’Europe contre la réforme territoriale française. Celle-ci est effectivement en complet désaccord avec l’article 4, paragraphe 6 combiné à l’article 5 de la Charte européenne de l’autonomie locale ratifiée par la France le 17 janvier 2007. En effet, les populations concernées n’ont pas été consultées préalablement de manière effective.

Pour votre défense, il est vrai que les habitants de la Savoie et leur représentants, vous-mêmes, ont de tous temps été habitués au non-respect par la France des divers traités internationaux concernant la Savoie (1860 et 1947 notamment), alors un peu plus un peu moins…

Le 12 février 2016, le Congrès du Conseil de l’Europe rendait son rapport, édifiant pour la France : « Les rapporteurs se montrent […] préoccupés par l’absence de véritable consultation des collectivités locales avant le vote de l’entrée en vigueur le 1er janvier 2016 », ou par « le transfert des compétences initialement dévolues aux collectivités locales en matière de politique fiscale, vers le niveau national, ce qui aboutit à  une recentralisation progressive et à une insuffisance notable des ressources des collectivités par rapport à leur responsabilité. »

Le Congrès invite donc les autorités françaises à « élaborer une législation définissant les procédures de consultation […] afin que cette consultation soit effective […] pour toutes questions concernant directement ces collectivités y compris en matière financière, et à fortiori la modification de leur limite territoriale ».

Ainsi la réforme territoriale française, sous couvert de décentralisation et d’économie, est percée à jour grâce à ces trois personnes qui travaillent véritablement et efficacement  pour le bien de leurs pays : l’Alsace et la Franche-Comté. Cette réforme est non seulement illégale, mais en plus cache une recentralisation et un transfert fiscal vers Paris ! Vous, Conseillers départementaux, n’êtes pas sans savoir que la Savoie laisse déjà des milliards à Paris, milliards que les habitants de la Savoie ne reverront jamais, ils seront simplement et encore surtaxés à cause de cette réforme française que vous n’arrivez malheureusement pas à contrer !

Mais cette consultation rendue obligatoire par le Conseil de l’Europe ne va-t-elle pas rentrer en contradiction avec l’amendement N° 745 déposé par… le député  UMP Hervé Gaymard, en date du 18 juillet 2013, qui supprime tout simplement la nécessité du référendum pour ce qui concerne « le regroupement de départements (article L3114-1), le changement de limites d’une région (L4122-1-1), le regroupement de régions (L4123-1) et la fusion d’une région et des départements qui la composent (L4124-1) » ?

Il est vrai que cette consultation avait été déposée dans le but de supprimer les mauvaises surprises, telles celle du référendum en Alsace. Mais alors, depuis deux ans, pourquoi ne pas avoir forcé la porte de la réunion des deux départements de la Savoie afin de former une collectivité territoriale ? Les Corses ont bien su le faire  avec leur collectivité dirigée par M. Talamoni. Ils ont bien su échapper, entres autres, aux droits de successions confiscatoires ! M. Talamoni n’est pas encarté Républicains ou divers-droite françaises, lui, il est Corse, simplement, ce qui explique l’avancée de son pays face aux griffes parisiennes!

Mais pourquoi donc les territoires français de la Corse, de la Polynésie, de Wallis-et-Futuna, de la Nouvelle-Calédonie bénéficient-elles d’Assemblées territoriales au pouvoir étendus et pas la Savoie qui pourtant, est le dernier pays à avoir été annexé par la France ? Les élus de la Savoie auraient-ils moins de poids à Paris que ceux de ces territoires ?

Les 22 et 24 mars 2016 (curieuse coïncidence) aura lieu la 30ème session du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux dans laquelle sera discuté le rapport du 12 février 2016 sur « l’état de la démocratie locale en France » (le titre laisse déjà deviner le problème !). Elle réunira 684 élus. Le Cercle Eugène-de-Savoie ose espérer que vous, Conseillers départementaux, serez présents pour défendre la Savoie, et ce, grâce à l’Alsace et à la Franche-Comté ! Il se réjouit déjà d’écouter vos comptes-rendus.

Heureusement pour la Savoie, un nouveau parti politique, 100% Savoie vient de se créer. Il sera complètement détaché des partis parisiens, quels qu’ils soient, pour garder les mains libres pour le bien-être de la Savoie. Bien-être qui passe obligatoirement par son émancipation. La dernière réforme territoriale française éliminant la Savoie, imposée en contradiction avec la Charte européenne, ratifiée par la France le 17 janvier 2007, en est une preuve de plus. Cette émancipation passe, entre autres, par l’obtention d’une Collectivité territoriale à statut spécifique, déjà évoquée par vous-mêmes en 2014, Messieurs les Conseillers départementaux, au même titre que celle déjà accordée par la France à plusieurs de ses territoires, sous couvert d’égalité, vous savez, l’un des jolis mots gravés par la France sur tous les frontons des mairies de la Savoie.

Messieurs les Conseillers départementaux Monteil et Gaymard, si vous voulez réellement travailler efficacement pour votre pays, la Savoie, tout comme Messieurs Mumbach et Turon pour l’Alsace, Monsieur Allenbach pour la Franche-Comté ou Monsieur Talamoni pour la Corse, nous ne pouvons que vous conseiller vivement de vous éloigner des tentacules parisiens et de prendre votre carte du parti 100% Savoie. Vous pourriez alors, sans contraintes politiques parisiennes, mettre enfin en évidence vos grandes compétences reconnues au seul service de votre pays, la Savoie, et, de plus, la cotisation est déductible des impôts…

100% SAVOIE

3 Replies to “LETTRE OUVERTE”

  1. Très très bien ! Reste à faire une du même genre à tous les maires de Savoie!

  2. Quelqu’un est il étonné que la presse française ne s’exprime pas sur ce déni de démocratie?

Les commentaires sont fermés.