Get a site

Les tenants de l’écologie du nouvel an

feu-2

Chacun sait que l’automobile est un fléau majeur pour l’environnement. La prise de conscience fut longue et le relatif  développement des transports en commun, toujours faible, est son corolaire. Fort heureusement, quelques courageux français ont pris le problème à bras le corps et sont même, disons le tout net, tout feu tout flamme pour l’écologie.

Le jour de l’an, ne les voit-on pas bruler, allègrement, le capital automobile de leurs compatriotes ? Fier de cette initiative, depuis 2013, le gouvernement publie les résultats de ces joyeux incendies qui vont toujours augmentant, sans que l’État français n’ait à verser une quelconque prime aux incendiaires bienfaiteurs. Les esprits chagrins diront bien sûr qu’une voiture qui brule est un désastre écologique, peut être pire qu’un  feu de cheminée dans la vallée de l’Arve, mais voyons l’individu qui aurait utilisé ce véhicule n’aurait-il pas pollué en se rendant à son travail ?

Alors ne faisons pas dans la demie-mesure, sanctionnons par des amendes ceux qui se chauffent au bois  et encourageons par un crédit d’impôt les incendiaires d’automobiles.

En ce qui concerne la Savoie, nous n’aurons que cette réclamation : vivement qu’une mesure phare intervienne et permettent aux citoyens de voter le budget d’indemnités des hommes politiques pour les récompenser  dignement de leur gestion éclairée et de leurs réponses pertinentes aux sujets brulants de l’actualité !

I’m on fire

2 Replies to “Les tenants de l’écologie du nouvel an”

  1. Billet plein d’humour : quel feu rafraîchissant !
    « Saint-Sylvestre : le ministère de l’Intérieur accusé d’avoir minimisé le nombre de voitures brûlées. »
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/saint-sylvestre-le-nombre-de-voitures-brulees-en-hausse-de-17-5-02-01-2017-6516366.php
    http://www.blancheurope.com/2017/01/02/presque-mille-voitures-brulees-lors-du-nouvel-an-les-autorites-se-rejouissent/
    Des voitures brûlées et, phénomène en expansion partout, des policiers violemment attaqués. Pourquoi la Savoie doit-elle continuer de subir de telles déprédations réservées à la France ?

  2. On n’est quand même pas gentil en Savoie, on garde ces « Chances-pour-la-France » qui illuminent bénévolement nos nuits alors qu’on devrait les rendre à la France qui pourrait alors pleinement profiter et exploiter ces « Chances-pour-la-France » bêtement éparpillées en Savoie. D’autant plus que ce phénomène est une conséquence directe des colonies françaises. Alors que non seulement la Savoie n’a colonisé personne mais qu’elle est elle-même une colonie de la France ! Ah! Quel bonheur d’être français de papier et de profiter pleinement des avantages de cet empire toujours colonial. La Suisse voisine, la malheureuse, n’a pas cette chance, elle. Elle doit financer à grands frais des feux d’artifices pour illuminer ses nuits festives et pollue toujours plus par l’emploi de gros 4X4 qui n’ont pas pu servir à égayer les nuits helvétiques par leur embrasement gratuit. Qui donc déjà s’était bien trompé en annonçant que : « la Savoie, c’est une Suisse qui a mal tourné» ?

Les commentaires sont fermés.