Get a site

Le Front National se saborde, vive la Savoie !

S’il existait  un ennemi patenté à la cause savoisienne c’était bien le Front National. Dans notre pays, Ce mouvement politique a connu un succès réel alors même que l’importance des revendications indépendantistes l’inquiétait au plus haut point.

Le parti frontiste séduisait en Savoie, en grande part, parce que son leader incarnait des valeurs de courage qui faisaient écho à l’identité savoisienne. Les électeurs savoisiens  faisaient alors abstractions des excès en tous genres de ce chef politique qui  le poussèrent même à conduire  sa propre fille à la tête du parti.

Certains  pouvaient penser que la chère petite se dévouait pour continuer l’œuvre du père, qu’elle faisait acte de dévouement et preuve d’une sollicitude touchante, qu’elle assumait un héritage empoisonné sans pouvoir se prévaloir d’un passé militaire.

Que nenni ! Dotée d’un orgueil qui n’a d’équivalent que son ingratitude, la brave dame a entrepris de destituer son père sans lequel elle ne serait rien ! On pouvait s’attendre à ce qu’elle le défende bec et ongles, qu’elle démissionne de la tête du parti pour désavouer les propos de son géniteur tout en marquant ainsi son attachement et sa solidarité filiale.

Pour le moins, elle aurait gagné la sympathie des savoisiens hésitant entre hexagone et Savoie en s’exprimant ainsi : « je suis contre les paroles de mon père et je les désavoue  mais je défendrai l’homme qu’il est, de toutes mes forces parce que c’est mon père, et je tiens à ce qu’on le laisse mourir dans le parti qu’il a créé« .

Voilà bien des propos que des savoisiens dignes et courageux tiendraient  mais pour ceux qui ont perdu toutes racines, la médiocrité l’emporte et l’espoir d’un poste  vaut  bien un sacrifice  familial.

Ces méthodes ne sont pas celles des habitants de la Savoie, nous avons le respect de nos ascendants et laissez nous vous dire, que vous vous couvrez de honte madame la responsable du Front National.

Désormais,  les savoisiens qui s’étaient  laissés tenter par vous, auront à cœur les intérêts de leur pays et non ceux qui vous permettent de rouler en voiture avec chauffeur.

Vous concernant, le dernier souhait que nous aurons, c’est que votre père se rappelle de ses origines et défende avec ardeur son pays, la Bretagne, comme nous, nous nous battons pour la Savoie.

Nos libertés recouvrées, nous vous laisserons papoter, sans que nous ayons besoin de délier nos bourses,  avec le premier ministre de l’État d’ île de France !