Get a site

La Savoie et les élections, rétrospectives et prospectives

La Savoie, avant la Ligue Savoisienne, n’ avait jamais affiché d’ambition électorale. Pour autant, le dessein premier de la Ligue était de se tenir éloignée des élections françaises. Le mot d’ordre de la création de la Ligue était que, lorsque nous serons 5000, nous exigerions le retour à la souveraineté, autant dire que 5000, 10 000, 15 000 ou 100 000 individus réclamant la liberté sans faire sécession avec l’État français et que chaque individu tienne ses engagements,  a autant d’effet que pisser dans un violon, selon l’expression triviale. Seul fait notable, la Ligue Savoisienne a été reçu par le concierge de l’ONU pour lui remettre une pétition  (depuis, nous les en félicitons, l’État de Savoie a fait mieux) !

A cette époque, les savoisiens amoureux de leur pays ont vite vu l’impasse et ont proposé que la Ligue présente des candidats aux élections cantonales et régionales. Pour imposer cette idée, le débat fut houleux. Les opposants vouaient aux gémonies les tenants des élections, nous allions être corrompus, le sexe, l’argent, tout serait bon pour nous détourner du chemin de l’indépendance. Autant le dire, jamais personne ne nous a proposé d’argent et nous attendons encore les séductrices corruptrices et voluptueuses qu’on nous avait promis !

Par chance, la motion de présentation de candidats aux élections est passée et, autre avantage la Ligue, qui avait des organes élus bénéficiait d’un organe coopté, pompeusement, appelé gouvernement. Il s’agissait de proposer un programme rapidement. Chaque membre du gouvernement eut en charge de rédiger des propositions dans son domaine, le résultat mis en forme par Patrice Abeille,  qui souvent l’amenda très justement , donna Renaissance Savoisienne, certainement le meilleur ouvrage collectif de propositions pour la Savoie. Entre parenthèses, rendons à César ce qui lui appartient, la constitution pour la Savoie, est l’œuvre remarquable et de grande qualité  de Patrice Abeille seul, simplement avalisée par le Conseil des Provinces de l’époque.

Mais revenons aux élections, sur le terrain nous étions des amateurs avec beaucoup de bonne volonté mais aucune structure, les candidats battaient seule la campagne, collaient leurs affiches et étaient prêts à faire le coup de poing avec des opposants beaucoup plus organisés qu’eux. Notre entourage était, d’ailleurs à cette époque, toujours étonné et soulagé de nous voir revenir entier !

Cette solitude tenait à deux raisons, d’une part une partie de la Ligue n’était pas convaincue des élections , d’autre part, certains savoisiens n’écoutaient que leur courage mais il ne leur disait rien et surtout pas d’afficher leurs convictions en public !  Notre seule opportunité était de pouvoir lier les élections cantonales au élections régionales. Nous étions, pour certains,  candidats au deux élections et nous avons pu maladroitement faire campagne avec un  résultat aussi encourageant que désespérant, un seul élu savoisien au conseil régional !

Il faut rappeler, que pendant toute la campagne des régionales, la Ligue a été incapable de faire une seule réunion publique, quant à certains, candidats sur la liste des régionales, nous ne sommes même pas sûrs qu’ils soient sortis de chez eux pour rencontrer un électeur ! Pire encore en Savoie du sud, un dénommé Martinet joue la confusion et rafle 3.6% des voix en se présentant comme un partisan de la Savoie, représentant d’un mouvement  sorti de nulle part et avec un programme d’extrême droite !

Trop peu organisés, nous n’avons pas su nous y opposer. Nous avions été pourtant alertés de ce qui se tramait et nous en  avions informé le secrétaire général. A notre  proposition  de nous rendre en même temps qu’eux, sur les marchés, pour les contrer, il  nous enjoignit de ne pas faire de vagues, peut-être nous a t-il évité des ennuis avec la justice pénale !

Pour ceux qui s’étaient démenés, qui avaient investi leur temps et leur argent , écrit un programme, il y avait de quoi être en colère. Mais ce n’était que le début, les choix politiques de Patrice Abeille au premier tour de l’élection du Président de Région furent d’autant plus déconcertants qu’il n’y avait eu aucune concertation avec la base et encore moins avec la liste des régionales ! Le plus dépité fut Patrice Abeille, lui-même,  emmené dans des circonvolutions politiciennes dont il n’avait pas mesuré la portée. Sur notre injonction expresse, il se présenta en digne savoisien comme Président de région aux nouvelles élections, Charles Millon ayant été invalidé.

Nous nous rappelons encore de ses hésitations :

« Mais, je vais être ridicule« 

« Tu présentes la Savoie, tu ne seras pas ridicule« .

Effectivement, à ces nouvelles élections,  il ne fut pas ridicule puisqu’il obtient deux voix, un autre élu avait voté pour lui ! Tout au long de son parcours de conseiller régional Patrice Abeille s’est, d’ailleurs, imposé au yeux de ses collègues par ses  hautes qualités intellectuelles.

Néanmoins, le mal était fait, nous avions ouvert le flanc à nos adversaires et à une partie des membres de la Ligue opposés aux élections.

A tel point qu’aujourd’hui encore les tenants du « je vous l’avais bien dit » serinent que prendre part aux élections c’est se fourrer dans le guêpier français. Effectivement, les voies électorales sont remplies de méchants, ils oublient que lorsqu’on touche à notre liberté, les méchants, c’est nous !

Depuis, pour la plupart des mouvements existants, la voie électorale s’est imposée mais à notre avis dans le mauvais sens. Créer un mouvement, puis ensuite lui donner une connotation électorale est contre-productif. Les adhérents n’ont pas rejoint le mouvement dans ce but, ils sont souvent désemparés par les efforts à soutenir.

Cette situation ne pouvait plus durer. Notre pays avait besoin d’une vraie force électorale à travers un mouvement qui dès le départ à un but précis. L’adhérent rejoint un parti politique, il sait qu’il s’engage à participer au débat démocratique.

Nous croyons en 100% SAVOIE parce que la Savoie a suffisamment de femmes et d’hommes de courage pour afficher leurs convictions. Nous sommes une épine dans le pied du système français et nous ferons basculer les élections française à notre guise.

Nous ne le répéterons jamais assez, il faut adhérer et faire adhérer à 100% SAVOIE. Peu importe, les doubles ou triples appartenances a des mouvements, tous louables parce qu’ils représentent l’âme de notre pays. Nous enjoignons, par conséquent,  tous les mouvements à nous rejoindre pour représenter au niveau politique une seule voix en Savoie. Gardez vos particularité mais œuvrez au niveau électoral pour la Savoie, ne faites pas  le jeu des adversaires de notre pays.

Aucun des membres de la commission exécutive n’a d’ambitions personnelles et nous avons hâte que d’autres reprennent le flambeau et vous aussi vous pourrez dire, avec ce projet de liberté à mener , que la vie vaut la peine d’être vécue !

Lionel FALCY

Porte-parole 100% SAVOIE

 

 

 

 

One Reply to “La Savoie et les élections, rétrospectives et prospectives”

  1. Très bon texte et très bon résumé de la vie politique de la Ligue.
    Oui, si on veut chatouiller la politique française au profit de notre Savoie il faut rentrer dans le manège tricolore.
    N’était-ce pas E. Stauffer du MCG genevois qui, invité à un colloque savoisien, avait déclaré comme conseil: « si vous voulez tirer la bonde, il faut entrer dans la baignoire ». Et bien que les Savoisiens y entrent en masse dans cette baignoire pour faire déborder par dessus et évacuer par dessous son eau glauque, inconsommable, trop polluée par les sombres et coûteuses manigances de la politique française sur le dos des Savoyards, politique néfaste pour notre Savoie. Nous pourrons ainsi recouvrer notre baignoire qui redeviendra blanche et brillante, seulement après un bon récurage!

Les commentaires sont fermés.