La fin d’une époque

ECRIVEZ-NOUS:

La fin d’une époque

On peut gloser sur les leçons à tirer des récentes élections présidentielles et législatives.

Cela occupera les médias français jusqu’au prochain grand événement international que dictera l’actualité du monde.

Mais nulle part ailleurs qu’à 100 % Savoie vous ne lirez la conclusion que ces élections démontrent que le système est « has been ».

La classe politique sortante n’a rien vu venir, et celle qui lui succède croit être l’expression d’un renouveau politique, alors même qu’elle n’a été élue qu’avec 20 % des voix des électeurs !

Mais ce n’est pas la Ve République qui a vécu, c’est bien au-delà l’expression que le centralisme jacobin non seulement est dépassé, mais restera un frein à toute véritable évolution politique démocratique, aux avancée sociales, économiques et environnementales de la France.

À l’heure où tout s’accélère, où les décisions d’innovation du monde sont prises par des groupes d’individus(web 3.0, crowfunding, associations non gouvernementales, bitcoin,…), dans des lieux spécifiques (silicon valley, london city, asie…) où la mobilité de nos jeunes est sans limite tant pour leurs études que pour leurs emplois,comment peut-on accepter que la société politique française repose sur un système structurant créé en février 1800 par Bonaparte, c’est-à-dire il y a DEUX siècles !

Les citoyens de Savoie vivent-ils comme en 1800, circulent-t-ils comme en 1800, ont-ils les mêmes emplois qu’en 1800, consomment-t-ils comme en 1800 ?

Le combat électoral de 100 % Savoie a été de transmettre le message que l’avenir appartient à des systèmes souples, décentralisés, véritablement démocratiques et capables de répondre rapidement aux aspirations des citoyens.

Aujourd’hui l’on entend des philosophes ou même quelques hommes politiques français oser affirmer ce qui aurait été hérétique il y a peu : le jacobinisme centralisateur n’est plus l’avenir de la France.

À 100 % Savoie nous l’avions déjà maintes et maintes fois affirmé et nous allons plus loin,on parle « cru » chez nous : ce jacobinisme centralisateur sera le fossoyeur de la France.

Souhaitons que les habitants de la Savoie ne veuillent pas être enterrés avec nos voisins français, et qu’avant tous autres montrent la voie, grâce à une Savoie EMANCIPEE, qu’ils auront appelée de leurs vœux.

Aux prochaines échéances électorales, vous le constaterez, notre message et notre représentativité progressera fortement.

 

Pour 100%SAVOIE,

son secrétaire exécutif

 

OPINIONS SAVOISIENNES

2 Commentaires

  1. « En France, ce n’est pas le conducteur qu’il faut changer mais la voiture » comme le disait si justement J.-P. Allenbach. Macron n’est qu’un conducteur de plus dans une guimbarde brinquebalante lourde et jacobine datant de 1800, incapable d’accélérer pour rattraper ses voisins au volant de petits spiders légers, puissants et maniables qui savent s’adapter à notre monde actuel. 100%Savoie est en effet le seul parti, en Savoie, à proposer aux habitants de la Savoie d’enfin pouvoir rouler de concert, les cheveux au vent, avec leurs voisins plutôt que d’être à la traine enfermé dans corbillard français, lourdaud, d’un autre âge, devenu complètement inadapté au monde moderne et qui entraîne effectivement, de jour en jour, la Savoie à sa perte.

  2. La france aura toujours une guerre de retard, c’est le cas depuis notre annexion! 1870 – 14/18 – 39/45
    1 guerre perdue, et 2 qui l’auraient étées sans l’aide providentielle de l’Amérique……joyeux et glorieux bilan du pouvoIr francais de ces 140 dernières années!

    Gouverner c’est prévoir! Le constat est donc bien là, le wagon Savoie a été raccroché à un convoi de train sans conducteur seulement orienté de temps à autres par de petits chef de gare qui  » règnent » sur des aiguillages et qui pensent chacun à leur tour que d’envoyer ce convoi fou sur la voie de leur choix équivaut à diriger ce pays!

    Nous irons donc à la catastrophe, quand bien même le nouveau chef de gare à 39 ans, rajeunire l’âge de chef de gare ce n’est pas moderniser la france nous savons tous qu’elle l’issue fatale attend ce pays lancé à grande vitessse et qui va bientôt dérailler sous l’inertie du poids de la dette.

    Nous Savoyards, aurions, si nous le voulions, le privilège de pouvoIr quitter ce train fou avant le choc final et inéluctable aurons nous cet instant de lucidité ou resterons hypnoptisés par le paysage qui défile maintenant à grande grande vitesse? Faites vos choix …..rien ne va plus!

Les commentaires sont fermés.