Get a site

Allocution du 22 mai 2016

100% SAVOIE remercie tous les participants qui se sont réunis ce  dimanche 22 mai 2016 en l’honneur de Marguerite FRICHELET-AVET résistante savoisienne assassinée à Annecy sur le Pâquier le 18 mai 1793.

Cette manifestation a été l’occasion de réunir les participants de différents mouvements savoisiens, unis par le même idéal, le retour à la souveraineté de notre pays.

Nous reproduisons ci-après l’allocution prononcée ce dimanche 22 mai 2016.

LA SAVOIE SE SOUVIENT

Une femme qu’on traine sur un espace baptisé du dieu de la guerre, champs de mars qu’on devrait plutôt appeler champ de désolation  à l’image de la tragédie qui s’y est jouée.

Est-ce là la liberté ? Est-ce là l’égalité ? Est-ce là la fraternité ?

Ces mots, tant clamés, justifient-ils l’assassinat ? Pauvre Marguerite, jouet des intérêts humains, où est-il « l’incroâ», c’est à dire le curé qui t’a poussée à te sacrifier, où est-il ce roi pour qui tu es tombée ?

Folie humaine, ceux qui t’ont prise ne parlaient la même langue que toi, à défaut de savoir lire, connaissaient-il seulement le nom de Voltaire ? De quel droit ceux qui les manipulaient ont-ils ordonné que la Savoie soit envahie ? De quel droit, nous a-t-on soumis par la force ? Pauvre Marguerite as-tu eu le pressentiment des heures sombres qui se préparaient ou ta seule foi t’animait elle ?

Pourquoi, peuple révolutionnaire,  voulais-tu par la violence retirer la seule consolation de la religion  à un peuple qui souffrait dans sa chair ?

Oui, Marguerite nous ne pouvons que te souhaiter que ce Dieu, s’il existe, vous ait accueilli toi et tes bourreaux dans sa miséricorde.

Quel mal faisait-il ce peuple de montagnards dans son humble foi ?

Pourquoi ce mépris ? Est-ce le même qui a conduit nos ancêtres à être décimés sur les champs de bataille ?

Qui sont ces hommes qui croient que certains sont là pour commander et les autres pour se faire tuer ?

Est-ce là, la fraternité, quand on décide de la guerre et qu’on reste à l’abri, loin du front ?

Dans ces casernes française, où on a tenté de vous  apprendre à marcher au pas, était ce pour mieux s’assurer de votre obéissance, était-ce pour mieux vous envoyer en 1914 à l’abattoir ? Guerre de tranchées, guerre de débilité, membres arrachés, hommes estropiés, qu’une zone neutre a peu de valeur au nom de la tyrannie des élites !

Et pour que tout cela se termine par  un jour férié où la majorité ne sait que se rendre au supermarché !

Ne sommes-nous qu’un pays qu’on a envahi, Un pays qu’on soumet par la force, un pays qui n’existe plus ?

Ne serons-nous au mieux qu’une région, au pire les pays de Savoie !

Ne valons-nous guère mieux ?

Ne sommes-nous que d’insignifiants annexés ? Gens sans mémoire à la remorque d’un bateau qui sombre, à la traine d’un pays annexant en quasi guerre civile où les exclus frappent à la porte et où la police implore protection ?

Triste résultat  des économies européennes totalitaires qui engendrent  les Napoléon,  les Hitler et les dictateurs d’aujourd’hui.

Oui dès 1793,  la démocratie à la française s’annonçait bien mal. Fondée sur la mort de la famille Capet, elle ne connu que le sang et même le  propre cousin du roi, Philippe égalité,  vota la mort de Louis XVI !

Triste époque, pas beaucoup plus qu’aujourd’hui, où sous les bombes les enfants syriens hurlent de terreur et où les dirigeants des pays de l’OCDE sont plus employés à finaliser des contrats avec des pays totalitaires qu’à apporter la paix à des populations désemparées et abandonnées.

Ainsi, de 1793 à 1815, la Savoie subit, elle aussi, le joug de l’oppresseur, elle ne  retrouve ensuite  sa souveraineté que pour la perdre en  1860, année d’une triste mascarade où les bons apôtres qui nous livraient à un despote,  nous  promettaient bientôt la république !

Alors de là où l’on voit la préfecture, demandons à celui qui nous a annexés qui il était ?

Oui, qui étais tu toi, Napoléon III,  qui te croyais au dessus de nous, qui te pensais si important  pour oser confisquer le pouvoir, qui étais-tu pour envoyer au front les nôtres en 1870 ?

Quand t’es- tu personnellement battu ?

Qui es-tu pour nous avoir annexés, toi, si lâche qu’au premier attentat des carbonari, tu lançais tes malheureuses troupes à l’assaut pour unifier l’Italie, obtenant au passage, par la contrainte notre pays abandonné et sacrifié par une dynastie apeurée, avide de gloire que  nos compatriotes italiens sauront si bien évincer.

Badinguet, ta seule gloire était-elle celle d’être le neveu d’un tyran ? Ne sais tu pas que nous nous rappelons de nos ancêtres cachés pour échapper à la conscription, de ceux qu’il a fait tuer, des biens que vous nous avez confisqués ? Oui, toi napoléon premier, oncle de ce briseur de liberté,  misérable individu, si  un seul de nos ancêitres, avait pu te tenir, il t’aurait broyé d’une seule main pour épargner aux mères la souffrance de leurs enfants assassinés.

Oui ce monde, nos prédécesseurs ne le voyaient pas ainsi, eux, qui rêvaient d’un idéal démocratique.

Oui,  à une époque, nos ancêtres ont aimé la république, ils ont cru en une vie temporelle meilleure avec la France et qu’ont-ils gagné ?

La  guerre, le sang, le privilège d’être sous la coupe d’un empereur dont la mégalomanie était sans borne.

Pauvre peuple de Savoie qui se croyait sorti des affres du 19 ème siècle et qui aura connu deux guerres mondiales, des guerres de colonies toutes plus absurdes les unes que les autres et  qui au final verra président de la république par deux fois, un homme  décoré de la Francisque et, entre autres, un Maurice Papon, sinistre collaborateur chargé de la question juive, de nouveau préfet sous De Gaulle et  ministre du budget  dans le gouvernement de Raymond Barre de 1978 à 1981!

Et que dire d’aujourd’hui où les appétits du pouvoir et de l’argent s’étalent  au grand jour où celui qui a promis à un adversaire d’être « pendu a des crocs de boucher »a de nouveau des velléités, ou celui qui se pavanait sur un engin de mort au Mali veut se représenter, ou une femme, membre  d’une famille d’origine bretonne, justifie la torture ou enfin, tout gargouille et tout montre la bassesse humaine ?

Finalement, un des  seuls hommes publics de bien, contemporain, ne serait-il pas  celui qui a créé les restos du cœur ?

De force, on nous a attaché à ce passé et ce présent sans gloire, aussi nous ne voulons plus qu’on nous appelle comme les français de ce temps et d’aujourd’hui, savoyards mais bien savoisiens.

Savoyards nous ne consentirons à l’utiliser aussi bien que savoisiens que lorsque nous aurons rétabli notre dignité de femmes et d’hommes libres.

Au milieu du 20 ème siècle, La Savoie a cru en l’Europe.

La Savoie a cru que l’Europe lui apporterait la liberté, qu’elle la délivrerait de l’absurdité de son voisin. Mais qu’est ce que la gestion européenne, sinon une politique menée par des incompétents dont le parlement est élu au scrutin de liste. Sans programme, sans idéaux,ces députés  ne pondent que  normes, interdictions, législation incompréhensible pour accabler leurs ressortissants.

Alors Le temps est venu. Le temps est venu de tout dire, le temps de reprendre en main notre pays.

Non, nos vies ne se jouent pas dans les quelques mètres carrés du lieu de travail  et du domicile pour une vie sans intérêt.

Est-ce cela vivre ?

Non vivre ce  n‘est pas cela !  Vivre c’est construire le monde nouveau.

Oui aujourd’hui nous le savons, le hasard nous a fait naitre français, la raison et la détermination nous ferons renaitre savoisiens !

La Savoie qui s’annonce n’est pas accrochée à son passé, elle est la Savoie des idées nouvelles. Elle méprise les pensées rétrogrades, les distinctions entre les hommes, elle ne croit pas qu’un homme vaut plus qu’un autre parce que le système social et sa reproduction l’a élevé pour des qualités illusoires. Elle sait que chacun est porteur d’espoir, elle ne croit pas  aux petits chefs, aux adjudants de l’armée, à ceux  qui sévissent dans les usines, les bureaux ou les administrations, elle ne croit pas plus  aux généraux, aux PDG avides d’argent, personnages qui eux-mêmes courbent l’échine devant d’autres supérieurs et la colère des citoyens

Allez jouer ailleurs vos guerres militaires, vos guerres économiques, votre mondialisation pour profiter des plus faibles.

La Savoie c’est la raison et ce n’est pas celle du plus fort. C’est la Savoie des sans grades, des humbles, des femmes et des hommes qui ont en tête que le  respect est une valeur primordiale.

Non, la Savoie ne tolère pas que ses ressortissants soient sans abri.

Non, la Savoie ne tolère pas que des enfants souffrent de la pauvreté de leurs parents,

Non, la Savoie ne supporte pas qu’on soit exclu de la connaissance.

Non, la Savoie ne supporte pas l’iniquité.

De fait, que sommes-nous devenus depuis 1860 ? Nous, qui jadis étions  propriétaires de quelques mauvais arpents, et qui subsistions par nos propres moyens, aujourd’hui, vassaux du capitalisme nous mendions nos moyens d’existence. La peur au ventre, nous nous taisons. 750 millions d’hommes souffrent de malnutrition et l’on nous force à mettre nos terres en jachère ! On conduit au suicides les jeunes et les moins jeunes et nous voudrions demeurer annexés, dépendre de gouvernements ubuesques ?

Dans ce monde de fous que nos voisins nous imposent, aurons-nous enfin en Savoie le courage de redevenir libres, de se donner les moyens de la démocratie dans la vie politique et économique, d’être, chacun, assuré d’une vie décente ?

Oui, la Savoie sera solidaire comme elle ne l’a jamais été !

Le projet est vaste, demain notre voisin qui nous a  annexés par la force,  s’écroulera pris dans ses contradictions, demain, chez lui, l’obscurantisme et l’ignorance qu’il a propagés, gagneront, ces contre-valeurs s’imposeront par leur brutalité et leur stupidité.  La Savoie souveraine  sera  de nouveau le portier des Alpes et nous en serons les garants mutuels avec les peuples d’Europe qui auront retrouvé la voie de la démocratie.

Oui, nous le ferons pour nos ancêtres, pour toi Marguerite, pour les humbles femmes de Savoie, pour les hommes de courage d’hier, pour celles et ceux d’aujourd’hui, pour ceux et celles de demain. Oui, nous y engageons, ce monde à bas avec 100% SAVOIE nous le ferons plus beau !

A la liberté !

4 Replies to “Allocution du 22 mai 2016”

  1. BRAVO.
    N’importe qui, d’un tantinet sensé et ouvert sur le monde qui nous entoure, ne peut être que 100% d’accord avec ces paroles justes et d’à-propos. Bien dommage que nos élus, en complète césure avec ce qui est en train de se passer, ne les entendent pas! Alors élisons en d’autres qui, comme Marguerite, se donneront à notre pays, la Savoie, et à aucun autre fut-il voisin ou francophone.

  2. Merci, enfin le parler vrai,plein d’émotion de sincérité et d’espoir pour notre patrie « LA SAVOIE » Marguerite Frichelet mérite cet allocution, Que chacun de nous se souvienne de nos racines,l’espoir renait c’est mon sentiment profond.
    100%Savoie va nous diriger vers la fin de notre torpeur de 156 ans, C’est à nous de siffler la fin de la partie, NOUS DEVONS RECLAMER TOUT HAUT NOS DROITS, UNIQUEMENT L’APPLICATION DU DROIT INTERNATIONAL. Ce n’est pas une région, mais notre liberté à laquelle nous aspirons. Ensemble nous SERONS SOLIDAIRE, FORTS COURAGEUX.
    Les laches et les traitres n’ont pas leur place en Savoie. Ils devront faire un choix clair dans le respect de nos institutions. En Savoie on ne rase pas gratuitement, tout le monde doit le comprendre et tout le monde devra s’impliquer, la SOLIDARITE sera justement appliquée à ceux qui en auront réellement besoin.
    VIVE LA SAVOIE LIBRE, JUSTE, LA PROBITE DEVRA ETRE IMPOSEE A CEUX QUI PRENDRONS LES REINES DE LA DESTINEE DE LA SAVOIE AVEC L’ACCORD DU PEUPLE QUI EST LE SEUL SOUVERAIN.
    Cela changera avec les parachutés jacobin plus ripoux qu’honnêtes.
    Encore merci pour ce discours rassembleur et mobilisateur

  3. Un discours qui tombe à pic: fort, enflammé mais aussi plein de sens. Cela change de la langue de bois des occupants! Il dénonce à raison le système de castes, le dilettantisme politique, la fausse démocratie, l’insécurité qu’ils nous ont imposés. Il ne reste plus aux Savoisiens qu’à se rassembler derrière ces mots pleins de vérité et nous aurons notre liberté!

  4. Magnifique allocution !
    Les eaux et la terre de la Savoie, du Léman avec sa côte de Savoie aux montagnes de la Maurienne, du Rhône au plus hautes crêtes des Alpes de Savoie, tremblent d’aise à entendre ces paroles à réveiller les plus endormis.
    Debout Savoyards et Savoisiens ! Debout les amoureux de la Savoie venus de tous les horizons pour s’y établir ! Debout les femmes ! Debout les hommes ! Debout les enfants !
    Les eaux et la terre de la Savoie vous réclament. Dites haut et fort que la Savoie existe, que la Savoie est vivante, que la Savoie est, et la Savoie renaîtra…

Les commentaires sont fermés.