Get a site

Répression

Deux des nôtres ont été condamnés par la justice française pour outrages à des gendarmes. L’atteinte à l’honneur des forces de l’ordre se paie chère puisque l’État du pays d’à côté réclame 1400 euros à l’un des protagonistes. Le message est clair, l’État français ne lésine pas sur le respect de l’ordre et de la loi.

Dès lors, on imagine l’ensemble des sanctions qui vont frapper les gens du voyage. Après avoir bloqué une autoroute, condamné à l’immobilisme des centaines de voyageurs et commis des dégâts conséquents, les incendiaires s’exposent à des peines qui vont être lourdes, très lourdes. Du moins,  si on suit un certain principe de proportionnalité entre les sanctions infligées aux savoisiens et celles prévisibles pour les fauteurs de trouble de l’autoroute A1.

Seulement, quelque chose nous dit que des poursuites, il n’y en aura pas beaucoup. Il faut dire que l’enjeu n’est pas le même. Pour les gens du voyage, c’est sortir des parents et amis de prison une journée, pour les savoisiens, c’est sortir de la France définitivement !

Alors qui fait le plus peur ? Regardez le traitement des savoisiens par la justice française et vous comprendrez. L’État français agite le spectre de la répression, nous, nous agitons celui du droit.

A l’éclairage des faits historiques et de la libération des peuples, devinez qui va gagner ?

One Reply to “Répression”

  1. C’est tellement bien vu, cette analyse ! Et si on regarde comment les migrants, prétendument réfugiés, et surtout im-migrants, se comportent dans leurs différents pays d’accueil, dont la France (voir les nombreuses vidéos à ce sujet tournées à Paris et ailleurs), détruisant tout sur leur passage lorsqu’ils rencontrent la moindre opposition à leurs désirs, on se demande pourquoi ils bénéficient d’une telle impunité qu’ils ne sont pas arrêtés, et qu’ils sont même couverts et protégés, puisque la police doit faire semblant de ne pas les avoir vus… ni entendus, car en matière d’injures, ils sont gratinés, bien plus que les Savoyards et Savoisiens…

Les commentaires sont fermés.