Get a site

1919, la trahison

En 1919, le gouvernement Poincaré demanda la suppression de la zone neutralisée de la Savoie et de la zone franche. Le projet fut soumis au conseil général de la Haute-Savoie.

Rappelons que la Savoie avait perdu plus de 22 000 hommes, M. Fernand DAVID, qui deviendra président du conseil général, s’exprime en ces termes sur la zone neutre (gallica.bnf) :

 » La question soumise au conseil général est double. Il doit d’abord se prononcer sur la suppression de la zone neutralisée, il doit ensuite donner son opinion sur le nouveau régime proposé pour la zone franche.  Sur le premier point la réponse est facile, elle réunira l’assentiment unanime de tous les Savoyards qui sont avant tout de bons Français. Je ne rappellerai pas ici les arguments accumulés dans le très important travail de M. Ferrero, comme dans l’étude que j’ai publiée moi-même. Vous vous souvenez, comment, en 1815, Genève put constituer sa banlieue en se faisant céder dix-sept communes savoyardes en échange de la promesse de garder contre les troupes françaises les voies d’accès du Piémont.Jamais, d’ailleurs, la Confédération ne satisfit à l’obligation qu’elle avait consentie et fort heureusement cette charge est devenue sans objet depuis le retour de la Savoie à la France en 1860.« 

Sur la zone franche :

« En ce-qui concerne les zones franches, la situation est plus complexe. Ces zones, vous le savez, ont leur origine pour le pays de Gex dans les traités de 1815, pour la petite zone sarde dans le traité de Turin de 1816. Genève qui n’avait pas de douanes avait obtenu des puissances le retrait des douanes françaises et sardes pour établir entre elle et les territoires qui l’avoisinaient une liberté réciproque des échanges. La création des péages, fédéraux en 1849 est venu fausser cette organisation économique dans-son principe même et la France est fondée à faire état de cette violation de l’esprit des traités. Mais quant à nous, nous avons toujours entendu revendiquer seulement pour nos populations le bénéfice du vote plébiscitaire de 1860. Lorsqu’à cette époque la Savoie s’est à nouveau donnée à la France elle l’a fait de tout cœur et d’un seul élan sans mettre à cette adhésion aucune condition restrictive. Mais (le vote, oui comportait une addition dans certains territoires, celle du mot zone, et l’engagement pris au regard des intéressés a toute la valeur d’une promesse d’honnête homme, d’une parole d’honneur qu’il est impossible de ne pas respecter. La France peut être déliée envers la Suisse qui n’a pas respecté la situation économique créée en 1815, mais elle est tenue envers nous de la façon que je viens d’indiquer.« 

Ainsi monsieur Fernand David qui a passé toute la première guerre mondiale dans les bureaux ministériels (wikipedia.org/wiki/Fernand_David) balaie d’un revers de la main la neutralité que les savoisiens avaient mis tant de siècles à acquérir et qui sont selon lui devenus de « bons français« , assez pour aller se faire démolir dans les tranchées !

Comme les morts ne parlent et que seuls les électeurs sont respectables, cet élu loyal de la Savoie ne  défend que les zones franches  !

C’est révoltant, tout simplement ignoble, c’est une insulte à nos ancêtres, à nos morts. Bien sûr que la France nous doit le respect de la neutralité, comme celle des zones franches, mais comment peut-on sacrifier l’une en défendant l’autre ?

Avant l’avènement d’internet, nous ne le savions pas, les contemporains de cette époque non plus qu’ils avaient été trahis. Mais maintenant, chaque découverte, chaque propos contre nous, nous renforce définitivement dans l’idée, qu’au plus vite, nous devons retrouver notre souveraineté.

2 Replies to “1919, la trahison”

  1. « Le retour de la Savoie à la France en 1860″… Comme si elle lui avait été dérobée! Quel plaidoyer! Chapeau, maître! L’avocat de métier Fernand David, Annemassien de naissance, Parisien de décès, six fois ministre de 1912 à 1930, a bien mérité de la République française.

  2. Bien vu Patrick-Alain !
    Le « retour de la Savoie à la France » est devenu une expression consacrée, presque une locution figée ; c’est quasiment de la propagande subliminale.
    Exemples, parmi des centaines :
    COMICES AGRICOLES, crées en 1861 dès le retour de la Savoie à la France…
    http://www.savoie-archives.fr/archives73/expo_boire_et_manger/
    C’est Napoléon III qui négocie le retour de la Savoie à la France, avec l’accord de sa population.
    http://www.tourmagazine.fr/Haute-Savoie-entre-culture-et-patrimoine_a13142.html
    Entre le réchauffement des relations diplomatiques, le retour de la Savoie à la France et …
    http://legrosjerome.free.fr/Esseillon.html

Les commentaires sont fermés.